L

e B.P.R.D. est une série d'histoires dans l'univers d’Hellboy, sans Hellboy. Alors, le résultat est-il à la hauteur du fantastique personnage créé par Mike Mignola ? L'univers d'Hellboy est-il suffisamment fort pour fonctionner sans lui ? À quasiment 180 € l’intégralité du cycle, la question mérite d’être posée !

Soyons clair : je suis un grand fan d’Hellboy et du travail de Mike Mignola. Bien sûr, il y a des albums meilleurs que d'autres. Mais sa ré-interprétation de l'univers de Lovecraft est fascinante.

Alors, j'ai abordé B.P.R.D. comme un moyen d'avoir ma dose de Mignola.

Et, au début, l'expérience fut assez mitigée…

 

Un démarrage poussif.

Sans être renversant, le premier tome de B.P.R.D. est sympathique. La première et principale histoire est de très bonne facture. L’album est ensuite complété par 4 titres de plus en plus anecdotiques, jusqu’au dernier somme toute très banal.

S’en suit un tome 2 complètement dispensable regroupant plusieurs nouvelles graphiques qui n’apportent vraiment pas grand chose à l’univers. Là encore, seule première histoire, L’esprit de Venise, bien que reposant sur des mécanismes assez simples et prévisibles, fait bien le job grâce à une ambiance quasi romantique, éthérée et surprenante dont approche fonctionne plutôt bien, sans pour autant parvenir à sauver l’ensemble.

 

 

L’heure du salut

C’est donc avec une certaine fébrilité que j’attaquais le tome 3, conscient que la série ne supporterait pas une nouvelle déception.

Et là, BAM !

Une vraie bonne surprise, un grand tome, pour une aventure fantastique égalant sans souci les meilleures histoires d’Hellboy !

D’ailleurs, Mike Mignola le reconnaîtra dans la postface du dernier tome de ce cycle (T. 11, Le roi de la peur) : avant le tome 3, il ne savait pas très bien où la série allait ni même la moindre idée de sa finalité !

Outre son excellence, cet album est le véritable tome fondateur de ce premier cycle du B.P.R.D.

D’abord, il met fin aux compilations d’aventures courtes et indépendantes qui constituaient les 2 premiers albums. Là, on a une grande histoire unique dans le tome. Et cela restera le cas jusqu’au tome 11.

Mieux encore, l’intrigue va se développer de tome en tome, avec des passerelles du 3 au 7, mais surtout avec une histoire complète se déroulant sur les 4 derniers !

Alors, soyons franc, tout n’est pas toujours aussi réussi que le tome 3. Toutefois, parmi toutes vos séries (BD ou télé) laquelle peut se vanter de ne connaître aucun flottement ?

Là, même quand le régime baisse un peu (notamment lors de l’intrigue qui concerne le Homard...), ça reste très bon et on en a clairement pour son argent !

 

Commencer au tome 3 ?

Alors, peut-être que vous vous demander si vous ne pourriez pas commencer la série directement au tome 3 ?

En fait, oui. Si ce n’est que les scénaristes ont rattaché le premier récit du tome 1 à l’intrigue développée à partir du 8. D’un autre côté, comme le tome 1 est relativement sympathique, l’acheter n’est pas une perte.

En réalité, le seul album de complètement dispensable est le 2.

En conclusion

Vous aimez l’univers d’Hellboy et de Lovecraft (qui a fortement inspiré Mignola ! La preuve, dans le dernier tome, un personnage appelle Abe Sapien « fils de Dagon »), vous aimez les «grenouilles», dignes pendants des Profonds de Cthulhu, et les scénarios apocalyptiques, alors, foncez !

 

 


La série B.P.R.D. est éditée les Éditions Delcourt - 16 € l’album - 11 albums.

Scénario : Mike Mignola & John Arcudi / Dessins : Guy Davis

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir