A

ttendu comme le sauveur par les salles de cinéma, il semble impossible d’échapper au phénomène Tenet. Et je dois reconnaître que je l’attendais moi-même avec une certaine impatience, malgré déjà certains retours de spectateurs plutôt déçus...

 

Quand Nolan fait du Nolan.

Dès les premières minutes, on comprend que Tenet s’inscrit dans la veine de films tels qu’Inception ou, de manière plus éloignée, Interstellar. On y retrouve les thèmes récurrents du réalisateur : le temps et la (perception) réalité.

On s’installe donc dans son fauteuil en s’apprêtant à se faire vriller délicieusement l’esprit.

Mais très vite, on comprend que ça ne va pas être le cas...

 

 

 

Pas compliqué mais confus.

Beaucoup ont trouvé Tenet compliqué. Ce n’est hélas pas le cas. Tenet est confus.

Difficile à expliquer sans rien spolier, mais concept n’est jamais clairement exposé. Pire, il semble même à géométrie variable en fonction des besoins de l'intrigue.

La tentation est grande, eu égard de la filmographie du réalisateur, de se dire que le film vole trop haut pour être appréhendé en une vision et justifiée ainsi que l’on y a rien compris.

C’est faux.

Il faut le dire, Christopher s’est pris les pieds dans le tapis de Nolan. Loin d’Inception, dont la fin pose des questions mais qui reste compréhensible, Tenet pose des questions car il est profondément incompréhensible.

Personnellement, le concept de payer pour regarder pendant 2 h 30 un film sans le comprendre m’échappe.

 

 

Un procédé de réalisation qui ne fonctionne pas.

Afin de traduire visuellement son principe de voyage dans le temps, Nolan va mélanger dans le même plan des parties filmées à l’endroit avec d’autres qui évoluent à l’envers.

C’est sympa à voir 2 minutes. Pas 2 heures. Sans compter que ce principe embrouille la perception du temps lui-même, Nolan traduisant l'écoulement du temps par la vitesse (négative) des déplacements. Deux notions proches, mais distinctes.

Et c’est un des problèmes majeurs : le procédé de réalisation sur lequel repose la plus grande partie du visuel du film ne fonctionne pas, tant dans la forme que dans le fond (où il ne traduit pas correctement le principe énoncé au milieu du film).

Ainsi loin de servir le film, ce procédé en complexifie inutilement la lecture et donc la compréhension.

 

En conclusion

Tenet est loupé.

Certains crierons au sacrilège à la lecture de ces 3 mots, et affirmeront qu’un Nolan ne peut être loupé et que c’est forcément le public qui n’arrive pas à suivre la pensée du génie d’Hollywood.

Mais tiendraient-ils le même propos si le même film avait été signé par un autre ? Pas sûr.

Un bon film est lisible et vous fait ressentir des tas d’émotions (sur tout en 2 h 30). Ce n’est pas le cas de Tenet, ni à un niveau ni à l’autre.

Le film restera un faux pas dans la filmographie exceptionnelle de ce grand réalisateur.

Dommage, mais qui ne se trompe jamais ?

 

___________________________

Tenet écrit et réalisé par Christopher Nolan.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir