S

i vous me suivez un peu, vous a savez que je suis très sensible à l’œuvre de Lovecraft. Alors, évidemment, quand j’ai vu cette énorme BD et les 4 adaptations qu’elle renferme, j’ai su qu’elle était pour moi, malgré les risques réels de déception d’une telle entreprise.

 

Un programme alléchant

Tout d’abord, il faut reconnaître que Ian Culbard a mis les petits plats dans les grands en choisissant d’adapter 4 des romans les plus emblématiques de l’œuvre de Lovecraft : La quête onirique de Kadath l’inconnue, L’affaire Charles Dexter Ward, Les montagnes hallucinées et, enfin, Dans l’abîme du temps.

Rien que ce choix rend déjà cet album (de plus de 520 pages), extraordinaire !

 

 

Une narration (trop) fidèle

Alors que valent ces adaptions. De mon point de vue, leur force est aussi leur faiblesse : elles sont fidèles. Extrêmement. Trop.

Tout le monde s’accorde pour reconnaître que l’œuvre de HPL est très difficilement adaptable. La raison en est simple : elle est profondément inscrite dans son époque et prend donc racine dans des événements du XVIII et XIX siècles, essentiellement Nord-américain. Bref, des références qui parlent peu aux lecteurs d’aujourd’hui.

C’est là toute la question de l’adaptation : fidèle au mot prêt ou libre ?

Pour ma part, j’ai toujours pensé qu’une adaptation devait apporter quelque chose de nouveau, dans le fond ou la forme.

C’est pour cela que je trouve cette adaptation trop fidèle. Après, on se trouve là dans le subjectif le plus complet.

 

 

Des dessins explicites et en contre-point

En revanche, on doit bien reconnaître que Ian Culbard a choisi d’apporter quelque chose de nouveau au niveau de la forme, et plus particulièrement des dessins, en choisissant de montrer de manière explicite les horreurs indicibles de l’univers de Lovecraft, dans un style de dessins épuré. Là encore, on adhère ou pas à ces 2 choix.

Et là encore, pour ma part, je suis moyennement convaincu.

 

 

En conclusion

Mais, une fois passer ces 2 points, que reste-t-il de la lecture de ce gros pavé ?

Et bien, je vais peut-être vous étonner : que du bien !

Oui, les choix sont audacieux, discutables, mais ils fonctionnent et permettent à Ian Culbard de nous fournir une très très bonne adaptation de 4 des œuvres les plus mythiques de Lovecraft !

Je ne saurai donc que trop vous recommander ce très gros et bel album !

  

 

 


Lovecraft - édité par Akileos - Scénario et dessins : Ian Culbard - d'après les romans de Howard Phillips Lovecraft

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir