É

trange BD que celle-ci, qui n’est pas sans rappeler La Cité des Enfants Perdus et est maintenant disponible en une intégrale (qui regroupe les 3 tomes) que j’ai eu le plaisir de relire récemment.

 

Paris, version steampunk

Le Réseau Bombyce nous plonge dans un Paris alternatif, où la machine et la mécanique régissent discrètement mais réellement tous les aspects de la vie. Un début du XXe siècle à la délicieuse sauce steampunk, à l’architecture flamboyante, le tout baignant dans une lumière magnifique.

Les dessins sont somptueux et le découpage aux petits oignons.

À tous ces niveaux, cet album est une réussite.

 

 

De la lumière et du sordide

Mais ce que met en lumière surtout cette histoire, c’est le sordide, le glauque, l’infâme qui brulent dans les recoins les plus sombres de nos âmes.

Pas avec la même intensité, certes, mais dans chacun d’entre nous.

Sans rien dévoiler, Le Réseau Bombyce est un drame étincelant. Soutenu par un scénario de haut vol, faisant amplement jeu égal avec les splendides dessins de Cecil, cette BD réussit brillamment son pari.

 

En conclusion

Le Réseau Bombyce fait parti des indispensables, des immanquables, de ces histoires qui vous bouleversent bien après le livre fini.

Ne passez pas à côté, vous y perdriez.

 

___________________________

Le Réseau Bombyce scénario : Éric Corbeyran & Cecil - Dessins : Cecil / Éditeur : Les Humanos

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir